La Salsa est un voyage, pas une destination

J’ai récemment eu une conversation avec un bon ami qui m’expliquait son évolution personnelle dans le milieu de la danse. Cette perle d’homme m’a raconté que depuis qu’il a commencé son voyage de danseur, il s’est vu sortir de sa propre coquille, sortir de sa zone de confort et profiter de l’expérience humaine chaque jour un peu plus à cause de la danse.

 Il a partagé avec moi son expérience  et sa stratégie pour devenir un meilleur danseur grâce aux leçons en groupe, à la pratique sociale et à un coaching privé. En se plongeant dans sa passion, il est devenu une personne plus complète, sur et à l’extérieur de la piste de danse . Alors qu’il partageait ses histoires de gloire (et de courage), il s’est tourné vers moi et a admis qu’il n’avait pas toujours confiance, se trouvant parfois intimidé par une partenaire de danse ou même une piste de danse. Il m’a regardé dans les yeux et m’a demandé avec une telle honnêteté et une telle vulnérabilité, si je me sentais toujours confiante? Ma réaction fut de rire et de lui dire «bien sûr que je doute de moi de temps en temps!» Et que ce combat est réel. Et je me suis rendue compte: la confiance est un travail en continu, quelque chose que vous pouvez construire, et cette fondation se construit avec l’expérience. 

J’ai entendu dire que lorsqu’une personne démontre une compétence et la livre sans effort, c’est un signe que la personne a consacré des heures et des heures à la pratiquer et à la maîtriser. Selon l’auteur du livre «Outliers: The Story of Success», il faut en moyenne 10 000 heures pour maîtriser quelque chose, qu’il s’agisse de ski nautique, de cerf-volant, de codage ou de danse. 10 000 heures, soit l’équivalent approximatif de 10 ans. Entre-temps, passer à la ceinture noire devrait être amusant, même si ce n’est pas sans quelques gaffes, comme l’a dit Aerosmith, “la vie est un voyage, pas une destination”.

«Il fut un temps où je n’aurais JAMAIS pensé à inviter un homme à danser avec moi sur la piste de danse, où je craignais de danser avec des hommes que je ne connaissais pas.  Mais maintenant je plaisante souvent : j’ai «mes pantoufles», mes «garçons Baila» avec qui je danse depuis des années… Je peux à peu près prédire à 80% les mouvements qu’ils vont tirer de leur poche et c’est une danse confortable et agréable à chaque fois. Si je veux me mettre au défi et tester mes progrès, rien ne vaut la danse avec un inconnu, une entité étrangère. Et quand je trouve un partenaire de danse qui me met un peu mal à l’aise, d’après mon expérience, mes sens sont plus stimulés.  J’essaie de me concentrer sur les signaux et  suivre quelqu’un avec un style ou un niveau d’expertise différent. Vous pouvez tout de même passer du bon temps en comptant vos 8 temps avec un inconnu et en lui donnant un aspect naturel et confortable.  Je peux vous assurer que cela renforce l’ancienne grille de confiance. Et si ça ne va pas si bien, il y a aussi une leçon à tirer. 

Et en moyenne, c’est une leçon de 3 minutes et demie, ce qui en fait une situation assez temporaire et qui pourrait vous faire vivre une histoire amusante à partager avec les pantoufles de votre entourage. En réfléchissant à la conversation que j’ai eue, j’ai pris un moment pour faire une pause et réfléchir à la condition humaine. Je veux dire, c’est de la salsa… nous ne guérissons pas le cancer. Mais nous nous éloignons du quotidien pour partager une passion qui nous procure du plaisir et qui ne devrait pas susciter l’anxiété. Les choses qui vous procurent du plaisir sont ce qui rend la vie digne d’être vécue. Cela va sembler ringard, mais bon sang, pourquoi ne pas tous danser comme si personne ne nous regardait? Simplement faites-le. Ressentez la musique. Laissez-vous bouger et quand vous ajoutez votre propre style, allez-y intensément ou rentrez chez vous! Cela fera du bien de se déchaîner, quoi que cela signifie pour vous, et il est beau de regarder quelqu’un qui est prêt à s’exprimer physiquement sans étouffer ce qui lui vient naturellement, même si les choses ne se passent pas comme prévu. Alors, soyez gentils avec vous-même si vous vous trompez ou si vous vous découragez, faites semblant jusqu’à ce que vous le fassiez en imitant une personne ou un danseur que vous admirez. La confiance vous envahira pendant que vous êtes occupés à passer un bon moment. Et si vous êtes une superstar de la danse, soyez gentils avec les débutants que vous rencontrez, même si la danse ne va pas bien. Pas de fantômes sur la piste de danse! Abandonner un partenaire en cours de danse peut affaiblir la confiance d’une personne et ce n’est que du mauvais karma.

Summary
10 000 heures pour devenir maître de la salsa
Article Name
10 000 heures pour devenir maître de la salsa
Description
J'ai entendu dire que lorsqu'une personne démontre une compétence et la livre sans effort, c'est un signe que la personne a consacré des heures et des heures à la pratiquer et à la maîtriser. Selon l'auteur du livre «Outliers: The Story of Success», il faut en moyenne 10 000 heures pour maîtriser quelque chose, qu'il s'agisse de ski nautique, de cerf-volant, de codage ou de danse. 10 000 heures, soit l'équivalent approximatif de 10 ans. Entre-temps, passer à la ceinture noire devrait être amusant, même si ce n’est pas sans quelques gaffes, comme l’a dit Aerosmith, "la vie est un voyage, pas une destination".
Author
Publisher Name
Baila Productions inc.
Publisher Logo